Le Qur’an et l’obscurité dans l’espace

Sun Eclipse

Allah dit :

Et même si Nous ouvrions pour eux une porte du ciel, et qu’ils pussent y monter, ils diraient : “Vraiment nos yeux sont voilés. Mais plutôt, nous sommes des gens ensorcelés” (Qur’an : S. Al-Hijr 15, v. 14-15)

L’on est émerveillé par cette comparaison coranique miraculeuse qui représente une réalité cosmique que l’être humain n’a connue qu’après son succès dans l’exploration de l’espace depuis le début des années soixante du vingtième siècle. À cette époque en effet, il a été surpris de découvrir que l’univers est couvert par une obscurité opaque dans sa majeure partie et que la hauteur de la ceinture de lumière sur la moitié du globe terrestre exposée au soleil ne va pas au delà de deux cents kilomètres au-dessus du niveau de la mer.

De plus, lorsque l’homme s’élève au-dessus de ce niveau, il voit la terre tel un disque bleu dans une surface très noire, hormis certaines parties à la lumière terne correspondant aux emplacements des étoiles. Au-delà de cette distance, l’air commence en effet à se raréfier. Cela est dû à la régression de sa concentration, à la diminution de sa densité et à son infime teneur en vapeur d’eau et en particules de poussière au fur et à mesure que l’on monte. En effet, leurs proportions régressent également quand l’on s’élève au point de devenir presque nulles.

Cette illustration montre la ceinture mince de la journée sur le versant ensoleillé de la terre qui est d´épaisseur de deux cents kilomètres. Alors que le reste de la terre est observée dans l'obscurité totale.. Cette illustration montre la ceinture mince de la journée sur le versant ensoleillé de la terre qui est d´épaisseur de deux cents kilomètres. Alors que le reste de la terre est observée dans l'obscurité totale..

C’est pour cette raison que le soleil et les autres étoiles du ciel se présentent comme des taches bleues ternes dans une mer de ténèbres dans l’espace, car leurs lumières ne trouvent presque pas de quoi les diffuser ou les réfléchir dans l’espace. Gloire donc à Celui qui a fait l’annonce de cette réalité cosmique mille-quatre-cents ans avant qu’elle ne soit découverte par l’homme.